19/05/2006

PETE SEEGER - We shall overcome / The Carnegie Hall Concert (June 9th,1963)

 

 

 

 

 

 

 

Disc: 1      
1. Audience  
2. Banjo Medley: Cripple Creek/Old Joe Clark/Leather Britches 
3. Lady Margret
4. Mrs. McGrath 
5. Mail Myself to You 
6. My Rambling Boy 
7. A Little Brand New Baby 
8. What Did You Learn in School Today? 
9. Little Boxes 
10. Mrs. Clara Sullivan's Letter 
11. Who Killed Norma Jean? 
12. Who Killed Davey Moore? 
13. Farewell 
14. A Hard Rain's A-Gonna Fall 
15. Didn't He Ramble (Fragment) 
16. Keep Your Eyes On The Prize 
17. If You Miss Me At The Back Of The Bus 
18. I Ain't Scared Of Your Jail 
19. Oh Freedom 
Disc: 2      
1. Audience 
2. Skip To My Lou 
3. Sweet Potatoes 
4. Deep Blue Sea 
5. Sea Of Mercy (Fragment) 
6. Oh Louisiana 
7. (The Ring on My Finger Is) Johnny Give Me 
8. Oh What A Beautiful City 
9. Lua Do Sertao (Moon Of The Backland) 
10. The Miserlou 
11. Polyushke Polye (Meadowlands) 
12. Genbaku O Yurusumagi (Never Again The A-Bomb) 
13. Schtille Di Nacht (Quiet Is The Night) 
14. Viva La Quince Brigada (Long Live The Fifteenth Brigade) 
15. Tshotsholosa (Road Song)
16. This Land Is Your Land 
17. From Way Up Here 
18. We Shall Overcome 
19. Mister Tom Hughes's Town 
20. Bring Me Li'l' Water Silvy 
21. Guantanamera

Ce disque est considéré, à juste titre, comme le meilleur disque de folk-music jamais enregistré. Popularisé jadis sous la forme d'un double vynil incomplet, il est aujourd'hui édité en cd dans sa version intégrale.

Quand Pete Seeger, qui a déjà rejoint Woody Guthrie dans la légende de la musique populaire US, monte sur la scène du Carnegie Hall en ce mois de juin 1963, l'Amérique est un volcan. La lutte pour les droits civiques bat son plein, la crise des missiles de Cuba a failli provoquer le 3ème guerre mondiale quelques mois plus tôt et, bientôt, JF Kennedy sera assassiné à Dallas.
Concert lumineux, où le public joue un rôle essentiel : il faut l'entendre, ce public, reprendre en choeur, avec une ferveur exceptionnelle, "We shall overcome" ou "This land is your land", pour se rendre compte qu'ils ne sont pas là seulement pour écouter un chanteur. Tout y passe, de simples airs du folklore irlandais, des chansons quasi sorties de l'oeuf de Malvina Reynolds, Tom Paxton ou d'un petit jeune qui se nomme Bob Dylan, une chanson anti-nucléaire en japonais, une chanson populaire russe (ce qui, au plus chaud de la guerre froide, ressemble assez à une provocation, comme la chanson révolutionnaire cubaine "Guantanamera" qui clôture le concert), et surtout ces chansons anti-ségrégation que Pete est allé récolter quelques semaines plus tôt dans les églises d'Albany fréquentées par les Noirs ou celles qu'ils ont improvisées .
Plus qu'un simple disque de bonne musique, ce concert est un morceau d'Histoire où Pete Seeger joint ses talents de conteur et ses engagements pacifistes à ses qualités de musicien. Quarante ans plus tard, on ne voit pas très bien ce que l'Amérique a retenu de son Histoire mais surtout, on cherche vainement parmi ses artistes qui a pu reprendre le flambeau de la contestation.

11:26 Écrit par Tempus fugit | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ma bo |

Commentaires

We shall overcome. Louvain (Leuven) en 197....

Écrit par : biglodion | 19/05/2006

fichtre je ne connais pas

Écrit par : Nola | 31/05/2006

Les commentaires sont fermés.