29/04/2007

Salut l'artiste

Lluis Llach a donc mis un terme à sa carrière exceptionnelle en mars dernier, parce qu'il ne voulait pas risquer de donner à ceux qui l'aiment l'image d'un artiste qui décline (un stade qu'il était loin d'avoir atteint, ceci dit). En guise d'au revoir et d'hommage à l'un des artistes de ma vie, je voudrais ici citer un de ses textes, parus dans le remarquable livre de Brigitte Baudriller "Lluis Llach - Un desig d'amor, un poble i una barca", 1997, éditions Tirésias, collection "Les guetteurs de l'espoir". Lluis nous y livre sa vision de la vie (p.79-80) :

"L'être humain méprise totalement la vie. La vie comme théorie et pratique. Elevés dans la lutte pour des banalités, nous oublions l'essentiel pour posséder des biens avec de l'argent, des êtres avec de l'amour. Et puis en chemin, une anecdote (...) nous signifie que la vie doit jouer le premier rôle du film que nous tournons. Sans elle, rien n'existe, ni scénario ni acteurs ni images ni son. Il faut aimer la vie comme un être. (...)

La société nous incite à vivre à contresens, contre la vie. Nous prenons conscience de son importance face à la mort ou à la maladie. Qu'ai-je fait de la vie, de ma vie ? A vingt, trente ans, l'être humain ne se pose pas la question. Il l'utilise sans la respecter, sans la soigner. A quarante, cinquante ans, il a assez vécu pour voir son passé dans sa globalité et envisager un avenir qu'il sait limité. Avec beaucoup de chance, il se situe à la moitié de son existence. Il peut se rassurer, regretter ou douter quant à son apprentissage, ses croyances, son évolution et cette expérience enrichissante et emprisonnante à la fois. Il peut ne plus se remettre en cause, entrer en crise ou... constater qu'il à l'univers en lui. Là même où il doit chercher les étoiles, demander l'impossible, rêver."

Voilà une bonne idée. Demandons l'impossible.

12:38 Écrit par Tempus fugit dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : lluis llach |

25/04/2007

Mister D

Robert Johnson (1911-1938)

La légende veut que ce garçon ait rencontré le Diable, un soir, au croisement de deux chemins, et lui ait vendu son âme en échange du talent. Il a enregistre 29 chansons, il n'existe de lui que 3 photos... mais il a 3 tombes ! Avant qu'Eric Clapton enregistre un cd entier qui lui était consacré ("Me and Mr Johnson"), CD que je trouve personnellement assez décevant, il fut, de l'aveu même de l'intéressé, celui qui donna à Bob Dylan l'envie d'écrire ses propres chansons. A écouter, un soir d'été et de mélancolie, en sirotant kékchose de doux sur votre terrasse. Je recommande particulièrement le génial "Milk Cow's Calf Blues" ou "Dead Shrimp Blues". Et si ça craque comme un vieux phono, c'est encore plus chouette.

RobertJohnson

16:25 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blues |

12/04/2007

Encore une revue (très) vite fait

Moqueur

J'adoooore le dernier Arno, "Jus de Box", même si ça commence à ressembler de plus en plus à de l'auto-plagiat, m'en fous, j'aime bien ce gars sans prétention et sans complexe qui rocke comme un malade. "Mourir à plusieurs" ou "Miss Amérique", ça me soulève au moins trois orteils et ce n'est pas souvent que ça se passe en ces temps déraisonnables où le sinistre s'invite à nos tables sans se gêner. J'aime beaucoup moins son "Live in Brussels", par contre, trop mou à mon goût. Arno, ça doit être graisseux et sentir le pissebloem, sinon, c'est pas Arno.

Moqueur

J'adoooore la petite Katie Melua dont plein de DVD, officiels ou non, me sont tombés dans l'oeil ces derniers temps. Cette jeunette a tout pour elle, la beauté, la voix, la musicalité, le don des mélodies et une obstination à être hors des modes (quoique, avec le NorahJonisme ambiant...). Devrait sortir très bientôt le DVD d'un concert un peu fou qu'elle a donné à 300 mètres SOUS la mer. Elle me quitte pas, ma Katie.

 SourireSourireSourire

katimel

Moqueur

J'adoooore l'homéopathie en musique : faites donc l'expérience d'écouter chaque jour une (et une seule) chanson de Georges Brassens, au besoin en utilisant la fonction "random" de votre lecteur de cd. Vous verrez, comme la vie est belle...

 

16:25 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : revue en vrac |