02/05/2007

Revue en vrac - Magyd Cherfi

Dans son style très particulier, qui est tout sauf académique, Magyd Cherfi se fait un chemin parmi les bonnes plumes de la chanson de langue française. Après un excellent premier album solo (La Cité des Etoiles), celui qui était la tête pensante et le coeur de Zebda vient, avec "Pas en vivant avec son chien", de franchir une nouvelle étape. J'avoue, très subjectivement, ne pas être exagérément séduit par des musiques aux accents exotiques sans doute, mais qui finissent par toutes se ressembler, sur des rythmes qui frôlent parfois la farandole de bal populaire ou la samba de bazar (je suis trop méchant, là). La qualité d'écriture, par contre, laisse pantois. Il y a, dans ces douze petites perles, des influences évidentes : Brassens (et sa façon de détourner des expressions populaires : "il ne nous restait plus que les os sur la peau"), Gainsbourg et ses rimes survitaminées ("...Harvey Keitel / ...la vie qu'est-elle"), Léo Ferré, à travers un hommage discret ("Alors je fais Léo / ni dieu ni maître ni / American and co"), par exemple. Mais surtout, Magyd atteint au désormais rarissime dans le ronron du disque francophone : il écrit simplement, et bien. C'est drôle, poétique, engagé sans être militant, plus d'une fois émouvant. Magyd Cherfi fait honneur à la chanson française, tout simplement, et sans nous prendre pour des cons. On peut apprécier sans modération.
"Tic tic tic état d'urgence
Y'a toujours un connard qui veut sauver la France"
(La Tronche du Patrimoine)
Je suis sûr qu'il ne pensait à personne en écrivant ça. 

1 · Place de France
2 · La Tête du Che
3 · La Tronche du patrimoine
4 · L'Oncle d'Amérique
5 · Ma Femme et mes enfants d'abord
6 · La Sandale magique
7 · Le Cirque
8 · Les Chaises qui volent
9 · Bénabar ou Delerm
10 · A dire ou à taire
11 · Les Cigarillos
12 · Scène II ménage

16:06 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : revue en vrac |

Les commentaires sont fermés.