27/06/2007

Chansons de légende : 1. Where have all the flowers gone ?

Pete Seeger écrivit cette chanson sur un argument simple, celui d'une chanson populaire ukrainienne évoquée dans "Le Don Paisible", de Mikhaïl Cholokhov : "les filles ont coupé toutes les fleurs, elles les ont données aux jeunes gens, qui sont tous partis à la guerre".  Il n'y accorda guère d'importance, l'enregistra dans un medley puis l'oublia, jusqu'à ce que le Kingston Trio se l'approprie en 1961. A la demande de Pete, ils retirèrent aussitôt leur nom de la chanson. Joe Hickerson y ajouta deux strophes par la suite.
"Where have all the flowers gone" est l'archétype de la chanson pacifiste, née pendant la guerre froide, symbole d'un combat qui fut et est toujours celui de ce vieil homme au banjo qui est la mémoire et la conscience d'une Amérique qui en a bien besoin. On peut remarquer qu'elle est vierge de tout slogan et que l'être humain en est le seul sujet, passif certes, écrasé par la folie d'un monde qui le dépasse.
Dans son autobiographie "And a voice to sing with...", Joan Baez raconte qu'un jour, dans les années 70, elle joue dans un festival en Allemagne et passe entre deux groupes rock. Elle est huée car le public, jeune et passablement émèché, la considère comme une artiste dépassée. Ils ne sont pas venus pour ce type de musique d'un autre âge. Joan chante alors "Sag mir wo die Blumen sind", la version allemande. Le silence se fait. On l'écoute. Elle est applaudie à tout rompre. Quand elle quitte la scène, tout le monde, son équipe, son manager, elle-même, pleure.
"Where have all the flowers gone" a été repris par de nombreux artistes. On peut trouver sur YouTube toutes les plus célèbres interprétations. J'ai une tendresse particulière pour la version de Peter, Paul & Mary (avec Pete Seeger) parce qu'elle est récente (2006) et qu'on peut voir et entendre ces artistes exceptionnels, témoins et acteurs d'une époque révolue, sur lesquels le temps a fait physiquement son oeuvre, chanter avec une voix et des convictions absolument intactes. Le public, toutes générations confondues, reprend en choeur et communie. On y ressent l'émotion dans chacun de leurs gestes, dans chaque note, dans chaque inflexion de voix : http://www.youtube.com/watch?v=cLe9pJSRas0
Autres versions : Mary Travers & The Kingston Trio http://www.youtube.com/watch?v=vg8Db7VNgL0
Marlène Dietrich (version allemande) : http://www.youtube.com/watch?v=RPSmrb82ocM
Joan Baez (2005) : http://www.youtube.com/watch?v=sKvdPsnkPC0
Pete Seeger (1968) : http://www.youtube.com/watch?v=RhlOJm9nkwM

flowers2


Where have all the flowers gone?
Long time passing.
Where have all the flowers gone?
Long time ago.
Where have all the flowers gone?
The girls have picked them ev'ry one.
Oh, when will you ever learn?
Oh, when will you ever learn?

Where have all the young girls gone?
Long time passing.
Where have all the young girls gone?
Long time ago.
Where have all the young girls gone?
They've taken husbands, every one.
Oh, when will you ever learn?
Oh, when will you ever learn?

Where have all the young men gone?
Long time passing.
Where have all the young men gone?
Long time ago.
Where have all the young men gone?
They're all in uniform.
Oh, when will you ever learn?
Oh, when will you ever learn?

------ Hickerson's adds------------

Where have all the soldiers gone?
Long time passing.
Where have all the soldiers gone?
Long time ago.
Where have all the soldiers gone?
They've gone to graveyards, every one.
Oh, when will they ever learn?
Oh, when will they ever learn?

Where have all the graveyards gone?
Long time passing.
Where have all the graveyards gone?
Long time ago.
Where have all the graveyards gone?
They're covered with flowers, every one.
Oh, when will they ever learn?
Oh, when will they ever learn?

Where have all the flowers gone?
Long time passing.
Where have all the flowers gone?
Long time ago.
Where have all the flowers gone?
Young girls picked them, every one.
Oh, when will they ever learn?
Oh, when will they ever learn?

14:28 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : chansons de legende |

18/06/2007

Un Boss d'enfer

"Live in Dublin" - Bruce Springsteen & the Sessions Band (2cd + 1dvd)

Bruce Springsteen: Live in DublinIl n'y a quasiment pas de mots pour qualifier cette chose. Et en particulier le DVD, car ce sont les CD qui, finalement, apparaissent comme le bonus de ce concert euphorique. Le Boss est décidément le meilleur performer actuel sur cette planète. Dans la foulée de son cd studio des Seeger Sessions, il s'est mis sur la route avec un groupe de musiciens exceptionnels pour une tournée mondiale dont ce "Live in Dublin" est la traduction en images et en sons. Ça ne ressemble à rien d'autre. Ça traverse et transcende tous les genres, du folk au rock en passant par le gospel et le jazz. C'est unique. Ça rend, tout simplement, heureux. Surtout, n'achetez pas la version "audio seule" : le DVD est un "must" absolu (le tout pour moins de 25 €, et si vous chanterez sans aucun doute avec les autres "Pay me my money down", je suis sûr que vous n'en penserez pas un mot).

Dans la foulée, on peut redécouvrir, par Pete Seeger himself, un des meilleurs live du siècle dernier, le "Live at Carnegie Hall" de 1963. Que doit penser le vieux Pete (89 ans) de ceci, lui qui, jadis, voulut trancher à la hache le cable de l'ampli de Bob Dylan quand il s'était "électrifié" au festival de Newport ? Je ne sais pas mais en tout cas, mon avis est que seuls les plus grands peuvent re-créer et être re-créés de la sorte.

11:22 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : revue en vrac |

11/06/2007

Revue Super Speed

Herman Dune - "Giant" (2006) Doux, agréable, et totalement insignifiant.

Lluis Llach - "i"  Album final. Sublime, évidemment, et perlimpimpinesque.

Buffy Sainte Marie - "Up where we belong" (1996)  Un "best of" de chansons réenregistrées par Buffy. Selon son propre avis, son meilleur album.

Et ça va, vous, ce matin ?

11:48 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : revue en vrac |

06/06/2007

Qui se souvient de Phil Ochs ?

[picture of Phil]

Phil Ochs est aujourd'hui oublié. Dans les années 60, il était l'un des fers de lance de la contestation aux Etats-Unis, au même titre que les Bob Dylan, Joan Baez, Pete Seeger, Country Joe Mc Donald et tant d'autres. Il a combattu, la guitare à la main, contre la guerre du Vietnam et pour la reconnaissance des droits civils aux Noirs américains. Beaucoup moins doué qu'un Dylan (qui le tenait pourtant en haute estime), il a laissé 8 LP et beaucoup de chansons au style direct, littéral et sans fioritures. Il se définissait comme un "démocrate libéral de gauche" et un grand admirateur de J.F.Kennedy. A défaut d'être un génie, Phil était un artiste honnête, sans compromissions, unanimement respecté dans le petit monde des "folk singers". On peut encore trouver l'une ou l'autre compilation qui perpétue sa mémoire, mais il faut bien chercher. On peut le voir ici chanter son "tube" pacifiste "I ain't marching anymore" : http://www.youtube.com/watch?v=Ah6OLuPJT_Q

Phil Ochs, rongé par le déclin de sa popularité et par l'impossibilité dans laquelle il se trouvait d'encore écrire, alcoolique, maniaco-dépressif, s'est pendu le 9 avril 1976. Il n'avait pas 35 ans. Symbole de la paranoia des institutions face aux supposés subversifs : le FBI détenait sur lui un dossier de 410 pages qui, longtemps après sa mort, se remplissait toujours de compte-rendus imaginaires de ses activités politiques. Un de ses meilleurs disques est, à mes yeux, ce qu'on appelle parfois un "boot", jamais publié, un concert enregistré en public à Montreal en 1966. Ce boot est sous-titré "the FBI tapes" car on raconte que la prestation avait été enregistrée par le FBI. Légende, sans doute, quoique la qualité du son est remarquable, trop peut-être pour un enregistrement de simple amateur ? Allez savoir.

Pour en savoir plus sur sa vie et son oeuvre : http://web.cecs.pdx.edu/~trent/ochs/

01:08 Écrit par Tempus fugit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nostalgie de vieux con |