09/11/2007

Neil Young, les Rêves Chromés #2

neilyoung_afpgetty

Ah, nom de Dieu ! Voilà une nouvelle qu'elle est bonne ! Neil Young n'est pas mort, ni même assoupi sur ses lauriers de légende du rock ! Après quelques oeuvres moyennes, pour ne pas dire, parfois, à la limite de l'ennui, le Vieux, le Solitaire de Topanga, nous sort un cd du feu de Dieu. ENFIN ! Et il sort, après 20 ans de mise au frigo pour des raisons qui n'appartiennent qu'à lui et à sa grande tête de mule, l'enregistrement de ce qui est sans doute une des dix meilleures chansons de l'ère rock, que les inconditionnels ne connaissaient que par quelques très rares exécutions publiques enregistrées à la sauvette : "Ordinary People" éclate sur ce disque pendant 18 minutes d'un plaisir absolu, dans des explosions de cuivres et de guitare à vous laisser sur le cul jusqu'à la fin des temps. Ah, le salaud... il nous balance tout ça, en plus, sur un dvd bonus au son d'enfer agrémenté de photos d'art de sa collection de vieilles voitures. Il nous remet ça avec un autre inédit mythique, "Boxcar", et de nouvelles compositions dont certaines peuvent paraître fades ("The Believer"), ou anecdotiques ('Dirty Old Man"), mais qu'on oublie aussitôt pour ne retenir que le meilleur, et par exemple ce "No Hidden Path" qui rappelle immanquablement ses plus belles envolées de la grande époque (et en particulier "Down by the River"). On en veut ENCORE !

Ce mec n'est vraiment pas un mec ordinaire... 

chromedreams MoqueurMoqueurMoqueur

 Neil Young - Chrome Dreams II

18:13 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : neil young |

Les commentaires sont fermés.