18/12/2007

Ferré, tu me manques, des fois

Je veux être drapé de noir et de raison
Battre de l'aile au bord de l'enfer démocrate
Et cracher sur Trotski sur Lénine et Socrate
Et qu'on dise de moi " Mon Dieu qu'il était con! "
" Il n'aimait rien de ce que l'on nous fait aimer
Et marchait seul, devant, le poing dans l'utopique
Il croyait que l'amour c'est comme la musique
Alors que votre amour s'est immatriculé "

(Léo Ferré, Quand je fumerai autre chose que des Celtiques, extr) 

medium_photo13

16:24 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exultation solitaire, ferre, leo |

Les commentaires sont fermés.