01/10/2007

Chansons de légende (5) : REDBONE, The witch queen of New Orleans (et quelques autres)

3315521_th

Ce disque s'appelle "Message from a drum" et est signé REDBONE, un groupe composé d'authentiques Peaux-Rouges qui a eu son heure de gloire au début des seventies. Je l'ai réécouté tout à l'heure, après plusieurs années d'oubli dans ma (vaste) discothèque et je le trouve toujours aussi bon. En faisant quelques recherches, j'ai appris que le tout premier Redbone (album éponyme, 1970) avait été réédité l'an dernier. Une bonne nouvelle. Le suivant, "Potlach", reste toujours introuvable et celui-ci, le troisième, serait encore disponible. Il contient une chanson extraordinaire, qui fut un gros succès à sa sortie : "Witch Queen of New Orleans", au riff ravageur et très couleur locale. Le lecteur curieux pourra en apprécier tout le charme sur cette vidéo de qualité moyenne :  http://www.youtube.com/watch?v=1LLEHtDcOG0 L'étrangeté de Redbone, c'est l'attirance que ce groupe atypique éprouvait pour le beat "disco". Il a ainsi commis son plus gros "hit" ("Come and get your love") sur ce canevas et autant dire que cette facette de redbone ne me plaît guère : http://www.youtube.com/watch?v=-7eloXr2iak Je préférais de loin ce "We were all wounded at Wounded Knee" qui fait référence à un événement tragique de l'histoire des Native Americans : http://www.youtube.com/watch?v=LwQ-y47ROaU

00:31 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chansons de legende |

28/08/2007

Chansons de légende : 4. Universal Soldier (Buffy Sainte Marie)

Popularisée par Donovan qui en fait une reprise sur un EP anglais en 1965, cette chanson fut pourtant écrite par Buffy Sainte Marie en 1964 et publiée sur son tout premier album "It's my way".  Les mots sont simples mais le propos plus profond qu'il y paraît. Il n'y est pas seulement question de pacifisme et de stigmatisation de la guerre, mais aussi de la nature belliqueuse de l'être humain et de responsabilité collective.  Une fois encore, aucune ligne n'en est aujourd'hui obsolète.

La version de Donovan :
http://fr.youtube.com/watch?v=IrPB8TPgs9U
Et celle de Buffy :
http://fr.youtube.com/watch?v=fRta79wgILA

Universal Soldier

He's five foot-two, and he's six feet-four,
He fights with missiles and with spears.
He's all of thirty-one, and he's only seventeen,
Been a soldier for a thousand years.

He's a Catholic, a Hindu, an Atheist, a Jain,
A Buddhist and a Baptist and a Jew.
And he knows he shouldn't kill,
And he knows he always will,
Kill you for me my friend and me for you.

And he's fighting for Canada,
He's fighting for France,
He's fighting for the USA,
And he's fighting for the Russians,
And he's fighting for Japan,
And he thinks we'll put an end to war this way.

And he's fighting for Democracy,
He's fighting for the Reds,
He says it's for the peace of all.
He's the one who must decide,
Who's to live and who's to die,
And he never sees the writing on the wall.

But without him,
How would Hitler have condemned him at Dachau?
Without him Caesar would have stood alone,
He's the one who gives his body
As a weapon of the war,
And without him all this killing can't go on.

He's the Universal Soldier and he really is to blame,
His orders come from far away no more,
They come from here and there and you and me,
And brothers can't you see,
This is not the way we put the end to war.
universalsoldier_10488

14:36 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chansons de legende |

24/08/2007

Chansons de légende : 3. Ordinary Man (Christy Moore)

Christy Moore, 62 ans aujourd'hui, membre fondateur du groupe irlandais Planxty dont il fit partie jusqu'en 1975. "Ordinary Man" fut considérée comme une chanson anti-Thatcher, au temps noir de Maggy. Hélas, elle est bien trop universelle pour être démodée.

En vidéo : http://fr.youtube.com/watch?v=2YjdIndeYxw

christy_moore_340x270
 

-----------------------------------
ORDINARY MAN

I'm an ordinary man, nothing special nothing grand
I've had to work for everything I own
I never asked for a lot, I was happy with what I'd got
Enough to keep my family and my home
Now they say that times are hard and they've handed me my cards
They say there's not the work to go around
And when the whistle blows, the gates will finally close
Tonight they're going to shut this factory down
Then they'll tear it d-o-w-n

I never missed a day nor went on strike for better pay
For twenty years I served the best I could
Now with a handshake and a check it seems so easy to forget
Loyalty through the bad times and through good
The owner says he's sad to see that things have got so bad
But the captains of industry won't let him lose
He still drives a car and smokes his cigar
And still he takes his family on a cruise, he'll never lose

Well it seems to me such a cruel irony
He's richer now than ever he was before
Now my check is spent and I can't afford the rent
There's one law for the rich, one for the poor
Every day I've tried to salvage some of my pride
To find some work so I can pay my way
Oh but everywhere I go, the answer's always no
There's no work for anyone here today, no work today

And so condemned I stand, just an ordinary man
Like thousands beside me in the queue
I watch my darling wife trying to make the best of life
And Lord knows what the kids are going to do
Now that we are faced with this human waste
A generation cast aside
And as long as I live, I never will forgive
You've stripped me of my dignity and pride, you've stripped me bare
You've stripped me bare, you've stripped me bare.

© Christy Moore

11:29 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chansons de legende |

09/07/2007

Chansons de légende : 2. Suzanne (Leonard Cohen)

Leonard Cohen considère "Suzanne" comme son chef d'oeuvre. Le texte fut d'abord publié sous la forme d'un poème en 1966 sous le titre "Suzanne takes you down" avant d'être enregistré, dans sa version chantée, par Judy Collins, avant même la sortie du premier disque de Leonard ("Songs of Leonard Cohen"). Il raconte la rencontre de Leonard avec la femme d'un de ses amis artistes, à Montréal. Cette jeune femme s'appelait Suzanne Verdal McAllister.

verdal

Contrairement à ce que la chanson peut laisser croire, la rencontre ne se termina pas par une aventure charnelle, les deux protagonistes étant d'accord sur ce point. Cohen, séducteur compulsif s'il en est, prétend qu'il n'a fait qu'imaginer avoir couché avec Suzanne. La chanson traduit une relation fusionnelle de deux esprits dans ce qui peut être, finalement, la forme sublimée de l'amour.
L'histoire réelle de Suzanne Verdal est pathétique et tragique. Danseuse, elle fut réduite à l'inactivité par un grave accident de la circulation avant de sombrer dans le dénuement et la dépression. Elle est toujours en vie aujourd'hui, sans abri, et vit dans sa voiture quelque part en Californie. Elle n'a jamais revu Leonard ou, plus exactement, il ne l'a pas reconnue ou n'a pas voulu la reconnaître lorsque leurs chemins se sont croisés par hasard bien longtemps après. On peut trouver son interview ici : http://www.leonardcohenfiles.com/verdal.html
Elle garde de la chanson et de Leonard un souvenir à la fois tendre et amer. Suzanne SDF, Leonard ruinée par sa manager. Les chefs d'oeuvre ont parfois des relents aigres. Mais ils survivent aux bassesses de notre monde. C'est sans doute cela qu'on appelle, en art, l'immortalité.

 

Suzanne takes you down to her place near the river
You can hear the boats go by
You can spend the night beside her
And you know that she's half crazy
But that's why you want to be there
And she feeds you tea and oranges
That come all the way from China
And just when you mean to tell her
That you have no love to give her
Then she gets you on her wavelength
And she lets the river answer
That you've always been her lover
And you want to travel with her
And you want to travel blind
And you know that she will trust you
For you've touched her perfect body with your mind.
And Jesus was a sailor
When he walked upon the water
And he spent a long time watching
From his lonely wooden tower
And when he knew for certain
Only drowning men could see him
He said "All men will be sailors then
Until the sea shall free them"
But he himself was broken
Long before the sky would open
Forsaken, almost human
He sank beneath your wisdom like a stone
And you want to travel with him
And you want to travel blind
And you think maybe you'll trust him
For he's touched your perfect body with his mind.

 

Now Suzanne takes your hand
And she leads you to the river
She is wearing rags and feathers
From Salvation Army counters
And the sun pours down like honey
On our lady of the harbour
And she shows you where to look
Among the garbage and the flowers
There are heroes in the seaweed
There are children in the morning
They are leaning out for love
And they will lean that way forever
While Suzanne holds the mirror
And you want to travel with her
And you want to travel blind
And you know that you can trust her
For she's touched your perfect body with her mind.

------------------------------------

Dans l'excellente adaptation française (chantée par Graeme Allwright et Françoise Hardy notamment) qui serait signée Gérard Langevin :

Suzanne t'emmène écouter les sirènes
Elle te prend par la main
Pour passer une nuit sans fin
Tu sais qu'elle est à moitié folle
C'est pourquoi tu veux rester
Sur un plateau d'argent
Elle te sert du thé au jasmin
Et quand tu voudrais lui dire
Tu n'as pas d'amour pour elle
Elle t'appelle dans ses ondes
Et laisse la mer répondre
Que depuis toujours tu l'aimes

Tu veux rester à ses côtés
Maintenant, tu n'as plus peur
De voyager les yeux fermés
Une flamme brûle dans ton cœur

Il était un pêcheur venu sur la terre
Qui a veillé très longtemps
Du haut d'une tour solitaire
Quand il a compris que seuls
Les hommes perdus le voyaient
Il a dit qu'on voguerait
Jusqu'à ce que les vagues nous libèrent
Mais lui-même fut brisé
Bien avant que le ciel s'ouvre
Délaissé et presqu'un homme
Il a coulé sous votre sagesse
Comme une pierre

Tu veux rester à ses côtés
Maintenant, tu n'as plus peur
De voyager les yeux fermés
Une flamme brûle dans ton cœur

Suzanne t'emmène écouter les sirènes
Elle te prend par la main
Pour passer une nuit sans fin
Comme du miel, le soleil coule
Sur Notre Dame des Pleurs
Elle te montre où chercher
Parmi les déchets et les fleurs
Dans les algues, il y a des rêves
Des enfants au petit matin
Qui se penchent vers l'amour
Ils se penchent comme ça toujours
Et Suzanne tient le miroir

Tu veux rester à ses côtés
Maintenant, tu n'as plus peur
De voyager les yeux fermés
Une blessure étrange dans ton cœur

15:03 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : chansons de legende |

27/06/2007

Chansons de légende : 1. Where have all the flowers gone ?

Pete Seeger écrivit cette chanson sur un argument simple, celui d'une chanson populaire ukrainienne évoquée dans "Le Don Paisible", de Mikhaïl Cholokhov : "les filles ont coupé toutes les fleurs, elles les ont données aux jeunes gens, qui sont tous partis à la guerre".  Il n'y accorda guère d'importance, l'enregistra dans un medley puis l'oublia, jusqu'à ce que le Kingston Trio se l'approprie en 1961. A la demande de Pete, ils retirèrent aussitôt leur nom de la chanson. Joe Hickerson y ajouta deux strophes par la suite.
"Where have all the flowers gone" est l'archétype de la chanson pacifiste, née pendant la guerre froide, symbole d'un combat qui fut et est toujours celui de ce vieil homme au banjo qui est la mémoire et la conscience d'une Amérique qui en a bien besoin. On peut remarquer qu'elle est vierge de tout slogan et que l'être humain en est le seul sujet, passif certes, écrasé par la folie d'un monde qui le dépasse.
Dans son autobiographie "And a voice to sing with...", Joan Baez raconte qu'un jour, dans les années 70, elle joue dans un festival en Allemagne et passe entre deux groupes rock. Elle est huée car le public, jeune et passablement émèché, la considère comme une artiste dépassée. Ils ne sont pas venus pour ce type de musique d'un autre âge. Joan chante alors "Sag mir wo die Blumen sind", la version allemande. Le silence se fait. On l'écoute. Elle est applaudie à tout rompre. Quand elle quitte la scène, tout le monde, son équipe, son manager, elle-même, pleure.
"Where have all the flowers gone" a été repris par de nombreux artistes. On peut trouver sur YouTube toutes les plus célèbres interprétations. J'ai une tendresse particulière pour la version de Peter, Paul & Mary (avec Pete Seeger) parce qu'elle est récente (2006) et qu'on peut voir et entendre ces artistes exceptionnels, témoins et acteurs d'une époque révolue, sur lesquels le temps a fait physiquement son oeuvre, chanter avec une voix et des convictions absolument intactes. Le public, toutes générations confondues, reprend en choeur et communie. On y ressent l'émotion dans chacun de leurs gestes, dans chaque note, dans chaque inflexion de voix : http://www.youtube.com/watch?v=cLe9pJSRas0
Autres versions : Mary Travers & The Kingston Trio http://www.youtube.com/watch?v=vg8Db7VNgL0
Marlène Dietrich (version allemande) : http://www.youtube.com/watch?v=RPSmrb82ocM
Joan Baez (2005) : http://www.youtube.com/watch?v=sKvdPsnkPC0
Pete Seeger (1968) : http://www.youtube.com/watch?v=RhlOJm9nkwM

flowers2


Where have all the flowers gone?
Long time passing.
Where have all the flowers gone?
Long time ago.
Where have all the flowers gone?
The girls have picked them ev'ry one.
Oh, when will you ever learn?
Oh, when will you ever learn?

Where have all the young girls gone?
Long time passing.
Where have all the young girls gone?
Long time ago.
Where have all the young girls gone?
They've taken husbands, every one.
Oh, when will you ever learn?
Oh, when will you ever learn?

Where have all the young men gone?
Long time passing.
Where have all the young men gone?
Long time ago.
Where have all the young men gone?
They're all in uniform.
Oh, when will you ever learn?
Oh, when will you ever learn?

------ Hickerson's adds------------

Where have all the soldiers gone?
Long time passing.
Where have all the soldiers gone?
Long time ago.
Where have all the soldiers gone?
They've gone to graveyards, every one.
Oh, when will they ever learn?
Oh, when will they ever learn?

Where have all the graveyards gone?
Long time passing.
Where have all the graveyards gone?
Long time ago.
Where have all the graveyards gone?
They're covered with flowers, every one.
Oh, when will they ever learn?
Oh, when will they ever learn?

Where have all the flowers gone?
Long time passing.
Where have all the flowers gone?
Long time ago.
Where have all the flowers gone?
Young girls picked them, every one.
Oh, when will they ever learn?
Oh, when will they ever learn?

14:28 Écrit par Tempus fugit dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : chansons de legende |